Espérance 27 le mag

Espérance 27 le mag

Entre livres et crayons...

article initialement publié sur www.facebook.com/esperance27lemag le 15 septembre 2018
 
Savine a deux passions : les livres et le dessin. Bibliothécaire à Saint-Sébastien-de-Morsent (Eure), elle est actuellement en congé maternité en raison de l’arrivée d’un petit bonhomme. Elle illustre aussi des albums pour enfants et participe à de nombreux projets. Si ses crayons ne la font pas vivre (financièrement parlant), elle a su faire vivre ses rêves. Entretien.

 

(tous droits réservés @savon)

 

D’où vient cette passion du dessin ?
Petite, j’ai toujours aimé dessiner et lire. Je m’amusais à créer mon univers au travers du dessin, je copiais beaucoup des chevaux également. Ma famille m’a transmis le goût de la lecture, mais je ne sais pas d’où me vient ma passion pour le dessin. Au collège, je rêvais d’être chanteuse ou professeur de dessin. J’ai pris quelques cours de dessin au collège et jusqu’en Terminale, ensuite, j’ai manqué de temps.
Après le Bac, j’ai fait un BTS arts visuels qui ne m’a finalement pas convenu. Après quelques explorations, je me suis ensuite orientée vers les métiers du livre, mon autre passion. Mais pendant mes études, j’ai été découragée de persévérer dans le dessin, du coup j’ai abandonné. Mais grâce à un atelier BD avec Jérôme Sirou (http://www.siroublog.com), j’ai eu un déclic et j’ai retrouvé le goût du dessin. On s’est beaucoup amusés durant cet atelier et j’ai décidé de me remettre à dessiner pour le plaisir. Après mes études, je suis devenue bibliothécaire à Troyes (je suis champenoise). Une de mes deux passions est ainsi devenue mon métier ! J’ai commencé à publier des dessins, notamment, dans des fanzines, sous le nom de Savon. J’ai même illustré, en 2012, une exposition sur les jeux et sports au Moyen-Age. Un travail de plus de trois mois en collaboration avec un historien, ce qui demandait des corrections pour coller à la réalité historique. J’ai beaucoup aimé !

 

Lise et Dame Araignée, dans "Rencontre dans un carré de pâquerettes". (tous droits réservés @savon)

 

Tu illustres aussi des albums jeunesse. Comment ce projet s’est-il concrétisé ?
Cela se passe toujours au gré des rencontres et des hasards en fait ! Pour l’album « Rencontres dans un carré de pâquerettes », paru en 2015, c’est Mary Aulne, l’auteure, qui connaissait mon travail, qui m’a proposée aux éditions Vert Pomme. Le courant est tout de suite passé avec la maison d’édition. C’est ensuite Vert Pomme qui m’a proposé d’illustrer « Mangez des Pommes » de Lénia Major (Lenia Major auteur jeunesse) en 2016. Et l’année dernière, c’est « Trafic en Sylvestrie » de Catibou dont j’ai fait les dessins.
 
Qu’est-ce qui te motive à accepter un projet ?
Il faut que le projet me plaise, tout simplement et que je m’amuse ! Ensuite, je ne cherche pas quelque chose en particulier. Les opportunités se présentent, souvent grâce à Facebook d’ailleurs.
 
Ce sont des livres pour jeunes lecteurs. As-tu envie d’illustrer des livres pour un autre lectorat ?
« Rencontre dans un carré de Pâquerettes » s’adresse à des enfants à partir de 5 ans, les deux romans sont à partir de 8-9 ans. Mon style est plutôt réservé aux jeunes enfants, je dois reconnaître qu’il n’est pas trop adapté à un roman pour ados par exemple.
 
Avec quels outils travailles-tu, as-tu des préférences ?
J’utilise les crayons, la tablette. J’adore prendre mes crayons et m’installer sur le canapé. Mais la difficulté, c’est qu’il ne faut pas se rater ou alors il faut tout recommencer. Avec la tablette, on peut faire des tests, corriger, mettre des petits effets, s’assurer que le rendu sera le même d’une illustration à l’autre. En noir et blanc, c’est plus facile de tout faire au crayon. Ce sont des techniques différentes que j’aime utiliser selon les circonstances.

 

Couleurs ou noir et blanc, crayons ou tablette... (tous droits réservés @savon)

 

Comment as-tu appris à utiliser les outils informatiques ?
J’ai appris toute seule leur utilisation. Et j’aimerais mieux les maîtriser.
Quelle place a le dessin dans ta vie ? C’est vraiment une façon pour moi de m’exprimer. J’essaie de prendre au moins un quart d’heure tous les soirs pour dessiner. Même si ce moment, avec notre fils, c’est plus compliqué. Je tiens mon journal intime sous forme de dessins, un par jour quand je peux (ndlr : on adore quand Savon croque son fils ! C’est rigolo, tendre, plain d’amour. Rendez-vous sur www.chezsavon.net). Quand je travaille pour un projet, je peux m’y mettre pendant deux à trois heures quotidiennement.
La promotion des livres, cela demande du temps… Oui, les salons, c’est un investissement en temps qui s’ajoute au reste, en dehors de mon travail. Si on fait des ventes, c’est bien mais c’est surtout une fête, l’occasion de se retrouver entre dessinateurs, de rencontrer des gens.

 

(tous droits réservés @savon)

 

Je crois savoir que tes dessins se promènent parfois hors des livres…
Avec Marc, mon mari (ndlr : également dessinateur sous le nom de Dranéouf, on vous conseille de découvrir son Wonder Lapin hilarant), on a été retenus, en septembre 2017, pour illustrer la campagne d’affichage qui présentait la nouvelle application du Transurbain, le réseau de bus d’Évreux. C’était rigolo de voir en grand format mes dessins ! On a aussi décoré un des murs extérieurs de Bd Lib (ndrl : situé 8 rue du général Leclerc à Evreux). On a déjà fait des ateliers à la demande du site archéologique de Gisacum. Parfois, j’anime aussi des ateliers à la médiathèque de Saint-Sébastien-de-Morsent. Mais en tant que bibliothécaire, je préfère faire venir des auteurs !

 

Dans les arrêts de bus ébroïciens, la campagne d'affichage pour la nouvelle application. (tous droits réservés @savon)

 

D’autres projets sont en cours ?
Oui ! On vient de concrétiser, avec Marc, un rêve qui nous tenait à coeur depuis longtemps avec la publication de Bretzel.

 

Bretzel, le mini fanzine pour les 6-12 ans.

 

Tu peux nous en dire un peu plus sur Bretzel ?
C’est un mini fanzine pour les 6-12 ans dont le premier numéro, sur les vikings, est sorti le 1er avril. On a réuni plein d’amis dessinateurs pour proposer des BD, des jeux, des coloriages, des activités. Le prochain numéro sort en octobre et sera sur les extra-terrestres. c’est beaucoup de travail, mais on a aussi pris beaucoup de plaisir.
Comment peut-on se procurer Bretzel ? On peut l’acheter à la librairie L'Oiseau Lire et BD Lib à Evreux ou lors de nos séances de dédicace au prix de 7 euros ou le commander sur le site http://bretzelfanzine.blogspot.com à 10,50 euros frais de port compris.

 

Si vous passez à BD Lib, à Evreux, vous verrez un personnage dessiné par Savon ! (tous droits réservés @savon)

 

En parlant de dédicaces, quelles sont les prochaines dates pour te rencontrer ?
Je serai à la librairie BD Lib courant octobre-novembre pour la sortie du numéro deux de Bretzel, la date précise n’est pas encore arrêtée.
Propos recueillis par Laetitia Brémont
 
Vert Pomme est une petite maison d'édition jeunesse "verte" basée en Normandie. Dans chaque ouvrage, une histoire sert de support à un thème lié à la nature ou au développement durable. On en a déjà parlé ici (oui, on avoue, on adore !), pour commander ou découvrir : www.vertpomme-editions.fr (sinon, la librairie indépendante la plus proche de chez vous, c’est très bien aussi pour commander !).
 
Les livres illustrés par Savon publiés chez Vert Pomme :
« Rencontre dans un carré de pâquerettes », auteure : Mary Aulne , illustratrice : Savon, 21x16 cm à l'italienne, relié (couverture cartonnée), 32 pages, dès 5 ans, 10 euros.
C'est un bel après-midi. Lise cueille un bouquet pour sa maman... quand tout à coup, elle tombe nez à nez avec Dame Araignée. Lise n'aime pas les araignées. Dame Araignée a peur des humains. Voici une rencontre qui n'annonce rien de bon, sauf si Lise et Dame Araignée arrivent à se comprendre !
« Mangez des pommes », auteure : Lenia Major ; illustratrice : Savon, format A5, couverture couleurs et illustrations intérieures N&B, 50 pages, dès 7 ans, 8 euros.
Nous sommes en 2054. L'hémisphère nord de la Terre a explosé depuis longtemps. Dans un monde en grande partie robotisé et virtuel, c'est l'anniversaire de Basti1. Son pépé se réjouit de lui offrir ce qu'il considère comme un trésor, conservé depuis quatre-vingts ans. Mais le garçon risque d'être fort déçu... Cette histoire à la fois drôle et tendre s'articule autour de choses très simples, inter-générationnelles. La mémoire qui se perd des choses essentielles : la vraie vie, les gens, un dîner en famille, le plaisir du partage, la convivialité...
« Trafic en Sylvestrie », auteure : Catibou ; illustratrice : Savon, format A5, couverture couleurs et illustrations intérieures N&B, 96 pages ; dès 9 ans, 9 euros.
Dans le royaume de Sylvestrie, riche de ses forêts, il se passe des choses inquiétantes. Sylvère, forestier au service du roi, veut comprendre ce qui arrive aux arbres. Mais comment va-t-il s'arranger pour mener à bien son enquête ? Sur sa route, il croisera une jeune femme décidée qui l'aidera dans sa recherche. Vivez avec Sylvère cette aventure palpitante au cœur d'un pays dont la devise est : « humains et arbres, frères ». Après l'histoire, un petit dossier évoque des légendes et croyances associées à certaines essences d'arbres ainsi que quelques sujets remarquables. Un autre thème important y est développé : le trafic du bois.
 
 
 


08/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres